Skip to content

La dépréciation du nationalisme ?

septembre 13, 2010

1 – Que reproche t-on à Pétain ? D’avoir collaboré avec les Allemands ? Supposons qu’il l’ait fait dans une démarche pacifiste consistant à ne plus reproduire les atrocités de la première Guerre Mondiale. La France se serait laissée envahir par les Allemands dans un esprit se refusant à toute guerre. Un pacifisme ?

« Momo, dans la cours de récréation d’école primaire m’a frappé si fort et j’ai eu si mal que je me soumets à ses volontés »

La décision de ne pas se battre n’est pas le fait d’une volonté pacifiste mais d’une profonde lâcheté que l’on peut comprendre et qui affecte la plupart d’entre nous. Il existe peu d’individus combatifs refusant de se soumettre devant les coups ou capables de répliquer. Un nationalisme fort aurait sans doute amené les Français à répliquer contre l’invasion allemande. Il n’en a pas été ainsi et nous connaissons la suite.

Un peuple est consolidé par une pensée, une culture et une harmonie qui règne en son sein.

Les guerres ont pour objectif d’assurer l’unité et la pérennité d’un peuple lequel se reconnait à travers une langue, un mode de vie, un aspect commun et une identité. Toute intrusion au sein de ce peuple ne saurait se solder autrement que par l’affaiblissement du socle culturel, linguistique, et de tout le mode de vie qui y est rattaché.

Si nous avons un mode de vie, et que nous en apprécions la forme et les avantages qu’il nous procure, ne serait-il pas de notre devoir de le préserver pour nous et surtout pour les générations qui nous succéderont ?

Les années qui ont suivi l’après guerre se sont conclues par un affaiblissement des nationalismes sous le prétexte que celui ci s’avérait dangereux or, c’est précisément l’absence de nationalisme qui a laissé les allemands pénétrer le territoire et les américains nous » aider ». L’aide des américains ne pouvait en aucun cas être désintéressée et une certaine main mise des Etats-Unis sur l’Europe, ne fut-elle pas le risque à encourir ?

En quoi le nationalisme s’avère-t-il dangereux ? Cet argument de sa dangerosité est-il fondé ? L’unité d’un peuple ne consiste-t-il pas dans la reconnaissance de son identité et pas seulement mais aussi dans l’amour de son identité et des siens ?

« Aime toi toi-même si tu veux aimer les autres  »

« Charité bien ordonnée passe par soi même »

Le masochisme régnant d’aujourd’hui consiste effroyablement dans la haine de son propre peuple. Les européens sont le peuple le moins fier  du monde entier. Paradoxale situation quand on sait la domination que l’Europe aura longtemps exercé sur le monde. L’Europe a aussi développé une culture d’une extrême richesse ainsi qu’elle aura développé des notions qui nous sont chères telles que la liberté et la tolérance. L’Ethnomasochisme européen vise progressivement à détruire toutes ses valeurs et toutes ses richesses par le refus de reconnaître la beauté et la grandeur de sa civilisation et le refus de la protéger d’une présence extérieure.

Le système économique libéral-capitaliste dont jouissent seuls une portion minime d’individus, joue une grande part dans cette situation et oeuvre à la destruction des nations. Cela personne ne le comprend mais l’équation est simple : le système économique ne repose nullement sur l’existence de nations mais sur les intérêts de grands groupes. Les nouveaux maîtres. Au contraire, l’exploitation qui passe par l’immigration et la destruction des libertés ainsi que de la mise à mort de l’aisance économique de larges populations semble bénéficier à ces grands entrepreneurs et à certains qui s’enrichissent outrageusement. L’immigration faisant diminuer progressivement les coûts de mains d’oeuvre, déstabilise les droits et avantages économiques des citoyens. L’immigration est encouragée et pour cela, l’antinationalisme ainsi que l’antiracisme  sont devenus la figure de proue, le cheval de bataille de la politique européenne, Ces politiques sont devenues le contre-poids de l’instabilité grandissante de la situation de nos pays. C’est toute la politique occidentale d’aujourd’hui.

Et si c’était, en quelque sorte, le cancer ou une phase super immunodépressive dans notre civilisation ? La politique du corps humain n’est-elle pas de refuser l’entrée à tout corps étranger  ? La nature devrait nous servir de modèle.

L’objectif est la mondialisation mais cette mondialisation est la plus grande erreur de notre histoire.

Ne serait-il pas heureux que toutes les cultures et les multiples façons de vivre soit chacune préservée sur son territoire propre ? Le monde ne serait-il pas plus beau et plus riche de la préservation de toutes ses identités que de tout vouloir mélanger et, à long terme, uniformiser nos existences dans un monde qui aurait pour seule culture la culture consumériste-mondialiste ?

Nous subissons depuis des décennies un matraquage médiatique qui nous incite à penser que le nationalisme, l’amour de sa patrie, est abject. On pourrait, plus loin, nous influencer contre l’amour de sa famille. Il n’y a cependant pas d’arguments fondés démontrant que le nationalisme est un mal,  ne sont que des associations d’idées de nature pavloviennes qui consistent à associer nazisme – nationalisme, hitlérisme-nationalisme etc … Cependant, peu de gens ont été capables de contrer ces associations d’idées. Le mal et le bien sont redéfinissables à volonté par une force politique majeure.

Aujourd’hui, nous vivons mal, dans un sentiment de culpabilité injustifiée, un sentiment d’exil permanent sur nos propres terres, un sentiment d’insécurité, de manque de solidarité entre membres d’un même peuple et un désamour de nos propres racines, de notre propre culture et de nous mêmes, le tout consolidé par une inversion des valeurs entretenue par les forces politiques actuelles.

La plupart croient encore en la démocratie mais le plan est en place sans notre consentement mais avec notre participation et notre passivité. L’Europe, qui nous a été imposé par le traité de Lisbonne, repose sur une idéologie immigrationniste, laissant la part belle à l’Islam et à la terreur par la pensée « positive » ou le nouvel angélisme : répression du racisme en première ligne, police de la pensée, annihilation de la liberté d’expression, inversion des valeurs ( dénoncer le beau, élever le laid, dénigrer l’intelligence, apprécier ce qui est primitif ), affaiblissement de la langue ( apparition de la novlangue ) destruction de l’enseignement, développement de l’insécurité consentie par un laxisme exacerbé, amour, compassion et compréhension à l’égard des délinquants et des criminels au détriment des honnêtes gens, destructions des classes moyennes. Ceci n’est que le début. A croire que tout à été soigneusement voulu et programmé.

Voilà l’Europe déjà visible aujourd’hui. Ceci est un avertissement.

Ne dites pas que nous sommes dans une démocratie mais qu’il s’agit bien d’un totalitarisme qui se met en place et je vous recommande de lire « 1984 de Georges Orwells » et de rejeter avec violence les gouvernements qui nous dominent et comprendre que le nationalisme ne saurait faire pire que ce qui se prépare pour l’avenir.

L’Eugéniste

Publicités
No comments yet

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :