Skip to content

La mondialisation, vers un totalitarisme !

décembre 20, 2010

Les films et les romans d’anticipation ont non seulement banalisé les visions futuristes de systèmes totalitaires centralisés mais aussi, les ont associé définitivement à un imaginaire fertile ne pouvant correspondre à aucune réalité. Au lieu d’être averti par les romans d’anticipation, l’inconscient collectif se figure que les systèmes totalitaires dignes de ce nom n’existent pas et ne pourront jamais exister. Pas plus encore, l’on n’imagine la mondialisation indéniablement en cours de construction devenir un système supra-totalitaire. Ce n’est pas possible voyons. Toutes les mises en garde de la littérature et du cinéma n’auront été qu’un vulgaire coup d’épée dans l’eau. Pire, il se pourrait que nos artistes aient même inspiré nos gouvernements. Pourtant, à bien y réfléchir, comment peut-on imaginer un gouvernement mondial centralisant tous les pouvoirs qui ne soit pas totalitaire ? De plus, il n’y aurait aucune concurrence, aucun recul possible qu’il s’agisse d’un regard extérieur qui puisse être critique. La comparaison ne serait plus rendue possible. L’appauvrissement serait certain car on imagine très bien aussi le risque d’uniformisation culturelle et sociale qui en découlerait. Où se placeraient les limites du contrôle ? Comment définirait-on les limites d’un tel gouvernement ? Qu’apporterait-il de positif et comment et au détriment de quels domaines ?

Le risque est grand de nous remettre entre les mains d’un gouvernement mondial et la probabilité de son évolution vers un totalitarisme profitant de tous les acquis technologiques est plus que probable. Cette construction en cours ne semble pas choquer ni inquiéter grand monde, certains même la sollicitent.

N’a-t-on pas songé que le pouvoir se concentrant aux mains de quelques uns pouvait être utilisé comme instrument d’asservissement du plus grand nombre au profit de ces détenteurs ? Une sorte de système basé sur la fourmilière. Peu importe la forme qu’il prendra, à l’évidence, la tentation ne peut-être que maximale de produire un maximum d’ouvriers pour subvenir aux besoins d’un minimum de privilégiés. On observe cette proportion ( celle de l’iceberg ) dans la répartition des rôles de nos sociétés et celle des privilèges. La plupart du temps, l’écrasement des couches sociales inférieures finit par se produire : l’asservissement leur faisant supporter le maximum d’exigences en leur accordant le moins possible de droits et de pouvoir ( y compris d’argent ). Avec la disparition des classes moyennes et la dégradation des conditions de vie que nous pouvons d’ores et déjà observer nous semblons courir droit vers ce piège. Cela ne peut se mettre en place qu’en respectant une certaine progression dans le temps et non d’une façon trop brutale. A l’heure d’un tel exercice du pouvoir les révolutions ne tardent pas, me direz-vous et c’est ce qui devrait arrêter la marche. Qu’il s’agisse d’un très optimiste point de vue, sommes-nous encore capables de révolutions ? N’avez-vous pas pensé qu’il serait fort tentant de maintenir en état les populations par le contrôle des cerveaux ? Et comment cela ? En influençant, bien sûr, avec de puissants outils de propagande, comme la télévision par exemple. La plupart des gens ne s’imaginent pas avoir été influencés ou se croient assez forts pour y avoir échappé mais ils sont la plupart du temps le fruit de leur condition sociale, s’y conformant parfaitement assurant la stabilité du reste. Les porteurs d’une idéologie instillée par la propagande n’ont pas le recul nécessaire pour s’en rendre compte. Ils répètent inlassablement la leçon comme vérité révélée ( dogme ) et se voient torturés de culpabilité, de honte et de peur dès lors qu’ils s’éloignent des sentiers battus en dehors desquels n’est que l' »hérésie ». Cela ne vous dit vraiment rien ? Normal que cela ne vous dise rien, tant que vous n’êtes pas passé de l’autre coté du miroir. Le contrôle des cerveaux, oui, par la propagande. Mais bien sûr, quel argument m’opposerez vous, la propagande, cela n’a jamais existé ? La propagande n’existe que dans les dictatures or nous sommes en démocratie. Bien sûr, bien sûr, la démocratie nous épargne de toute influence alors que l’influence est là plus que jamais nécessaire pour maintenir le régime en place car attention, le peuple risquerait vraiment de décider librement dans ses choix ! On peut penser que je délire dans la lignée des grands romanciers de SF mais notez que l’hypothèse est intéressante. Le contrôle des cerveaux oui, mais encore ? Pour maximiser l’efficacité de la propagande et d’autres outils d’influence qui font que les gens pensent ce qu’on leur dit de penser, il faut une main mise sur l’éducation et si possible une éducation qui n’ouvre ni à la culture ni à la réflexion mais qui instruirait des comportements clés. L’abêtissement passe nécessairement par l’éducation et l’éducation peut s’arroger le droit de cultiver l’ignorance. Quelle autre motivation pourrait avoir l’école que celle de former de futurs travailleurs bien rangés ? Pourquoi croyez-vous que le niveau des écoles françaises, pour ne parler que d’elles, sombrent, se dégradent à tout point de vue les rendant aujourd’hui si peu comparables aux écoles que j’ai connues de mon temps. L’abêtissement passerait aussi volontiers par un eugénisme négatif si cela était possible et j’entends par là une réduction du niveau général de l’intelligence. Mais pourquoi ne pas imaginer que cela soit possible en substituant une population par une autre… Mais bien sûr, suis-je bête … nous sommes tous égaux en intelligence… j’avais oublié ma leçon apprise depuis des années ( oh, je sens les levées de boucliers contestataires me rappelant à l’ordre, nous sommes tous intelligents pareillement ). En tout cas, si nous imaginions un seul instant ( j’ai bien dit imaginions ) que le niveau intellectuel d’une population donnée soit plus faible que celui d’une autre, vous pensez bien que cette volonté d’asservir les hommes s’empresserait de déverser une telle population sur celle d’un niveau intellectuel bien supérieur avec tous les encouragements du monde ( encouragements tels que l’appel à la diversité, l’apologie du multiculturalisme ). Cela n’était que supposition, jamais une volonté politique ne déversera une population en mal de civilisation, sous développée, superstitieuse, barbaresque, aux fonctionnements politiques tyranniques sur une autre civilisation bien établie, policée, organisée, libre, rationnelle. Jamais enfin !

Il y a bien un projet de mondialisation en place mais n’allons pas imaginer qu’il y ait une paupérisation de la société, un abêtissement généralisé visible au fil des générations, de la propagande nous soufflant la direction par laquelle l’on soit tenu de penser .

Vers quoi se dirige-t-on en ce moment même ? Depuis plusieurs décennies l’aspect visible que revêt nos sociétés modernes est une utilisation des sciences et des communications, issues elles-mêmes des sciences, en vue de l’établissement d’un système basé exclusivement sur l’économie. Une économie qui se libéralise de plus en plus et qui dirige toutes les décisions. Comme il est dit si souvent, l’argent, c’est le nerf de la guerre. Dans un système où l’économie dirige, l’homme devient en quelque sorte l’instrument de cette économie. Il se trouve que notre société s’est basée sur la surproduction de besoins et ainsi la production de biens ou de services au delà de ce qu’il aurait été nécessaire pour l’homme. La publicité, la consommation, la production font une espèce de roulement qui auraient pu bénéficier à l’ensemble des individus mais qui développent des addictions et semblent concentrer les avantages sur quelques uns, les meneurs de la danse. C’est en quelque sorte un système qu’ils ont fait pour eux. S’il font passer pour normaux leurs principes sur lesquels s’érigent les rouages des grandes sociétés il n’en est pas moins que les richesses se répartissent anormalement en leur faveur dans une proportion qu’un esprit raisonnable trouverait déraisonnable.

Le risque que nous apercevons déjà, c’est celui d’avoir réduit l’individu à l’état d’élément, de maillon de cette chaîne économique, ou d’outil voire d’outil jetable et remplaçable. Cela aussi nous le voyons. Les impératifs économiques ont déjà supplanté largement les considérations humaines et sentimentales. L’être humain devient un produit. Le risque que nous encourons par cette mondialisation est de nous voir réduit à la considération la plus bassement humaine : l’homme devenu objet. Il n’y a aucune raison que le système qui s’érige procède différemment par la suite. Il renforcera ses caractéristiques assurément. L’ordre qui se met en place détrône l’humain de sa position en le réduisant à un instrument d’un système de plus en plus déshumanisant car situant l’économie en premier plan et sans doute l’humain à un rang plus bas sinon le plus bas. L’ordre institué serait une sorte de super ordinateur au service de l’intérêt économique pour un fonctionnement optimal et l’humain devenu un circuit de ce super ordinateur ne pourrait s’en libérer. Il sera trop tard. Voilà ce qu’est l’asservissement de l’homme par la science et l’économie alors que ces derniers devraient se mettre au service de l’homme. Cela ne serait pas rendu possible sans la volonté des meneurs de s’octroyer le nectar d’une telle machinerie pour eux, rien que pour eux. C’est pourtant inscrit dans la nature humaine et l’on n’y pourra jamais rien.

Voyez dans le totalitarisme une grande construction visant le bien collectif, le bien de l’ensemble. Un ensemble dans lequel les meneurs n’oublient pas de s’accorder les meilleures places. Dans tout totalitarisme, le collectif, la collectivité, l’esprit collectif sont toujours mis en avant au détriment de l’individu. Une société ou l’individu ne peut s’épanouir est mortifère. Le terme d’individualisme ( terme discrédité ), trop longtemps confondu avec l’égoïsme, ramène à cette notion essentielle qui consiste à donner à l’individu toute son importance de façon à ce que la collectivité soit au service de l’individu et non l’inverse comme cela a été le cas dans les totalitarismes sociaux, je cite le communisme et l’Islam ( communisme avec Dieu ). Je ne néglige toutefois pas l’idée d’un parfait équilibre entre collectivité et l’individu. Jusque-là, les sociétés dites « individualistes » ont plutôt fonctionné et ont été très prisées.

Pour résumer, l’homme est réduit à l’état de marchandise ou d’outil. La propagande continue de faire semblant d’attacher une importance capitale à la valeur humaine en jouant sur toutes les cordes sensibles. Il s’agit d’un leurre pour nous piéger. Ce qu’il faut ajouter, c’est que le système totalitaire, pour accélérer sa progression et se consolider, n’aura aucun scrupule à établir un chaos social ( reculer pour mieux sauter ). La chute des empires en place est programmée car pour la première fois dans l’Histoire, les gouvernements approvisionnent avec ardeur les mêmes phénomènes que ceux qui causèrent la chute de l’Empire Romain. La différence étant qu’à cette époque, la décadence n’était ni attendue, ni désirée.

Les adeptes du multiculturalismes sévissent aujourd’hui. Aviez-vous remarqué qu’il ne nous est plus donné le droit de penser autrement ? Leurs arguments ? Aucun si ce n’est d’utiliser leur propre autorité en répondant de la sorte, par exemple :  » toute la  communauté internationale approuve …  » C’est estampillé « Communauté Internationale – OTAN – ONU, les anges et les archanges indéniables et irréfutables » qu’il n’est pas possible de remettre en question. Le nationalisme, seul rempart contre cette centralisation du pouvoir, est systématiquement contesté dans les médias et la politique. Le nationalisme est partout réprimé alors que tous les pays reposent sur une base qui fut jadis nationaliste et sans laquelle ils n’auraient jamais pu se construire et ériger leur puissance. Remarquez aussi la place que l’on fait à l’Europe. Une Europe qui dégrade nos conditions d’existence et qui ne nous demande plus notre avis, une Europe qui nous prive de notre souveraineté et non une Europe des Nations comme l’on aurait pu la construire. Remarquez l’attachement quasi-vital et inquiet et inexpliqué de nos politiques pour l’Euro. Car à l’évidence, si notre pays se passait de l’Euro, il n’aurait plus vraiment d’intérêt à faire partie de l’Europe. Remarquez que telle construction européenne est un pas de géant vers une centralisation des pouvoirs et par la suite la création d’un gouvernement mondial. Il est entendu que nous sommes à l’ère de la mondialisation or que constatons-nous ? Cette mondialisation s’entend avec l’idée que nous sommes citoyens du monde, une idée qui encourage vivement les flux migratoires sans se soucier de leurs conséquences qui divisent les nations. Aujourd’hui, il est incongru de parler de nation. Cela prend l’allure de super-régions. L’immigration et la destruction des identités culturelles et nationales est la clé pour parvenir à un gouvernement mondial. Les défenseurs de l’immigration ne savent pas à quel point ils oeuvrent pour la mise en place de ce totalitarisme. Vous aviez cru aux paroles qui nous disaient que l’immigration devait palier le manque démographique. Pourquoi vouloir augmenter indéfiniment les populations alors que l’on pouvait se satisfaire de stabiliser le nombre. 60 000 000 de Français, n’était-ce pas suffisant ? C’est à un génocide par substitution que nous assistons. Vous aviez cru qu’ils venaient faire le travail dont nous ne voulions pas. L’immigration du travail ne représente qu’un minime pourcentage de tous les nouveaux arrivants sans compter que la plupart de ceux en activité exercent illégalement et sous la manne de l’exploitation. Vous oubliez que si nous avions ( Européens ) été payés en conséquence de la pénibilité de ce travail, nous aurions accepté de nous y soumettre. Cet apport extérieur de main-oeuvre est une aberration par les temps de chômage que nous vivons. Cette immigration a aussi pour effet de réduire les droits et salaires. N’est-ce pas ce que nous constatons de nos jours ? Vous aviez cru aussi qu’ils allaient payer nos retraites. Le chômage s’enfonce, les nouveaux arrivants ne travaillent pas et ne trouvent eux-mêmes pas de travail. Ils coûtent cher à l’Etat, un coût qui pourrait payer nos retraites. Vous aviez cru que nous allions vivre ensemble dans l’amour, la fraternité et la joie. Ils ne s’intègrent pas, ils se communautarisent, ils importent leur culture, augmentent leur revendications et imposent de plus en plus leur mode de vie. L’insécurité ne provient pas des civilisés de souche et cela nous le savons mais tient son origine bel et bien dans l’immigration. Une guerre de religion se profile tandis que nous courbons l’échine, émasculés, défaits de nos valeurs, divisés entre nous. Ces flux migratoires ne constituent-ils pas un formidable levier à la mise en place d’un système totalitaire centralisé avec un gouvernement unique. Les leçons d’Aldous Huxley et de Georges Orwell n’auront pas été apprises. Les défenseurs du multiculturalisme, de la diversité et les humanistes en tout genre sont les idiots utiles de cet aboutissement. Une gigantesque structure cristallisée, figée, rigide. Un monstre qui va nous manger.

Bien sûr, je n’ai aucune prétention conspirationniste, je dirais que ce totalitarisme est un fait inévitable vers lequel toutes les décisions malheureuses qui sont prises convergent plutôt qu’il n’est le fait d’un plan machiavélique entretenu par un petit nombre. Admettez que nous ne le savons pas et que je ne peux pas privilégier une hypothèse plus qu’une autre.

Dernière question qui me chiffonne et dont je ne prétendrai nullement avoir la réponse mais dont l’inéluctable fait qu’elle relève aura une triste fin d’une manière ou d’une autre : » l’Islamisation est-elle accidentelle et non maîtrisée par les grands technocrates souteneurs du prochain régime ou bien l’Islamisation sera-t-elle la main de fer qui contrôlera tous les habitants de cette planète en vue de ce régime qui se prépare ?  »

Alors dépêchons-nous de nous réveiller pour le temps qu’il nous reste.

L’Eugéniste

Publicités
No comments yet

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :