Skip to content

Dernier acte démocratique.

mars 1, 2011

En cinquante années de paix relative où la guerre ne se produisait plus dans les pays européens, où celle-ci appartenait enfin au passé, où la violence était bannie à jamais dans les esprits, les européens de souche se sont en grande partie renouvelés en deux générations qui n’ont jamais connu la guerre que dans les livres et les films. Certes, leur parcours, leurs expériences ne comporte pas d’éléments qui s’y réfèrent et l’idée d’une Europe plongée dans la violence de la guerre ou dans un chaos total paraît à ces nouveaux esprits totalement inconcevable. Ces mêmes esprits auront été éduqués par une génération pacifiste et post soixante-huitarde rejetant tout à fait l’esprit de la guerre. « La guerre c’est moche ».  Nous pourrions certes en convenir dans la mesure où la guerre implique la destruction des biens, des familles, des corps en infligeant des handicaps intolérables, des souffrances abominables qu’aucun d’entre nous ne désirons connaître. Il y a cependant une confusion aux conséquences ravageuses dans les esprits et j’aimerais régler ce point. Ce que semble méconnaître ces enfants de l’après guerre, c’est que ce n’est pas nous dans nos élans pacifistes qui venons à la guerre. C’est bel et bien la guerre qui vient à nous. Cela que nous le voulions ou non.

Le paradoxe de cette inconsistance est qu’en refusant la guerre, en la rejetant et ainsi en baissant nos armes et notre garde, plus que jamais, nous la précipitons. La guerre arrive vers nous au pas de course. Dans son ignorance, cette génération pacifiste ne sait plus que la vie confortable et paisible sur laquelle elle repose a nécessité des sacrifices, du travail, et un peuple autrefois uni qui s’est préservé pendant bien plus de mille ans. Or cette préservation elle-même était le résultat d’un acte de défense, la défense étant partie de la guerre. Cette génération ignore que nos vues politiques et culturelles et d’une certaine façon notre âme reposent sur un socle national et un peuple et que si un autre peuple s’en était emparé par le passé, notre mode même de raisonnement, notre vision ( même pascifiste et tolérante ) n’existerait pas. Nous serions autres.  Il ne s’agit donc pas seulement de la préservation d’un héritage matériel et territorial qui, je dois dire, sont absolument nécessaires à notre survie et notre liberté, il s’agit aussi d’un héritage culturel et intellectuel voire moral. Je ne désire pas me convertir à des idées qui ne sont pas les miennes. Le faire pour survivre serait une lâcheté innommable qui me suffirait à penser que je ne mérite pas la vie.  Se renier dans ses fondements même me semble un péché absolu. Une trahison de son individualité. Il s’agit d’un combat contre soi-même, un combat contre sa propre lâcheté. Le pacifisme est le rempart de la lâcheté.

L’histoire de l’humanité a été un déroulement incessant de guerres où chaque peuple s’appropriait son morceau de terre pour vivre et y cultiver son bien. Jamais dans l’histoire, un peuple ne s’est laissé pénétrer par un ou d’autres peuples sans que cela n’ait mis fin à son existence. L’interpénétration des peuples n’ayant pas les mêmes idées, la même vision du monde amène tôt ou tard à une confrontation et cette confrontation ne tarde pas à devenir physique. Le pacifisme est à l’extrémité de l’humanisme une philosophie utopique qui considère que tous les hommes très différents soient-ils, peuvent établir entre eux des liens de fraternité et qu’en aucun cas il n’existe entre les hommes de rapport de force. Cette philosophie mortifère repose sur l’ignorance et le mensonge car depuis la nuit des temps toutes les espèces animales sans exception, au sein d’une même espèce et entre les espèces, s’établissent sur des RAPPORTS DE FORCE. Je ne vois pas pourquoi l’humanité elle-même échapperait à la règle. Notre verni de civilisation et l’organisation sur une base stratégique et économique aussi révèle à quel point nous sommes conditionnés dans les rapports de force et il serait aveugle et fou de ne pas le reconnaître. Jusque dans le couple et le « contrat » qui se fixe entre les deux individus sous le verni de l’amour sont des rapports de force parfois impitoyables. Bien entendu, ces rapports de force entraînent soit à une confrontation le plus souvent physique, soit à une soumission attitude vers laquelle nous nous portons déjà. Les compromis et la négociation constitue une troisième voie si les individus sont à niveau de force égales et ne contiennent pas trop de différents qui les opposent. Un chemin rare et difficile.

En réalité les civilisations sont fragiles et avoir cru que la nôtre traverserait les époques sans faillir était d’une naïveté grossière. Au contraire, notre civilisation a précipité sa chute en s’imposant des flux migratoires considérables aux conséquences redoutables. Ceux qui s’imposeront en Europe après 2050 ne seront pas nos descendants. Toute civilisation censée, à toute autre époque, aurait au moins essayé de repousser les arrivants pour préserver son intégrité.

L’intégrité dont je parle est physique ou génétique si l’on considère que l’homme blanc a un certain patrimoine génétique et qu’il serait dommage que celui-ci se perde. Mais puis-je dire cela à l’heure où nous nous méprisons nous-même ? Notre intégrité nous la perdons aussi sur le plan moral, culturel et intellectuel à partir du moment où nos principes se voient bouleversés par les nouveaux arrivants qui n’hésitent pas à imposer leurs idées et leurs vues. Notre intégrité est blessée car nous voilà entre nous divisés. Nous n’avons plus aucune cohésion. Nous ne sommes déjà plus un peuple ou alors nous sommes un peuple agonisant. Je ne parle même pas de la hausse de la criminalité qui n’est que le stade embryonnaire d’une situation de chaos qui ne fera que s’aggraver au fil des années jusqu’à une guerre totale devenue inévitable. Nous parlons actuellement d’une guerre larvée. Je ne parle pas de la religion mortifère et totalitaire qui s’instaure insidieusement mais sûrement dans nos contrées et de la perte de nos valeurs républicaines et démocratiques que nous avions cru défendre en poussant jusqu’à son extrémité le pacifisme. Je ne parle pas de l’avantage que tirent les grandes multi-nationales de la situation d’invasion migratoire par la réduction de notre qualité de vie et de nos ressources alors que celles-ci s’enrichissent sans vergogne. Je ne vois d’ailleurs pas l’intérêt de récupérer toute cette immigration alors qu’il y a déjà tant de chômeurs.  La substitution de l’homme blanc par le Tiers-Monde n’aura pour effet à long terme que de généraliser le Tiers-Monde. Nous regretterons l’Europe, puissions-nous nous réincarner pour percevoir les conséquences de nos actes, dans une ère où le confort et la sécurité seront exceptionnelles nous incitant à la mendicité ou à la prostitution, où les maladies et l’absence d’hygiène, l’absence d’instruction reviendront en force, où l’esclavage reprendra ses droits où seule une minuscule élite pourra se targuer de bénéficier des conditions privilégiées qu’auront été les nôtres dans la période 1950-2021. L’homme blanc, Prométhée par excellence, ne sera plus et les conséquences de son absence se feront sentir durement sur les générations futures qui ne sauront maintenir les peuples que dans un nouveau moyen-âge ou peut-être les voueront à un retour progressif au néolithique qui serait presque souhaitable. Je prends cette dernière parole à ma charge car beaucoup d’entre vous pourront ne pas être d’accord. Sujet à débat. Quoi qu’il en soit, nous avons échoué en faisant venir le Tiers-Monde chez nous car nous avons cru bêtement et avec condescendance que celui-ci, forts de nos valeurs s’occidentaliserait, s’inscrirait dans nos moeurs et coutumes. Nous assistons au phénomène inverse, en réalité. C’est nous qui nous « tiersmondisons » permettez-moi ce néologisme. Cela au point q’une branche de l’ONU envisage d’influencer nos enfants pour que ceux-ci introduisent les insectes dans leur alimentation ( vu dans un article du Figaro ) sous des prétextes économiques, écologiques et que cette pratique alimentaire est déjà à l’oeuvre dans les pays du Tiers-Monde. On nous demande à nous, occidentaux, de prendre modèle sur les pays du Tiers-Monde. Ben voyons ! Pendant ce temps, les riches très riches continuent de mener grand train de vie à l’abri de toutes ces horreurs.  En quelque sorte, en ne nous battant pas, nous acceptons tout et n’importe quoi.

Marine Le Pen, personnalité politique à qui je voue un grand respect, interviewée sur RTL, déclare vouloir repousser les vagues d’immigrants innombrables qui parviennent jusqu’à nous suite aux « révolutions » des pays arabes. On parle de vague sans précédent alors que nous sommes déjà submergés par une immigration massive dont nous entrevoyons les conséquences dramatiques. Affichant un grand humanisme, ça fait bien, le journaliste accuse Marine Le Pen d’inhumanité prétextant que l’on doit venir en aide à ces personnes sur les bateaux. Comme il est beau de vouloir venir en aide mais pourquoi ne pas aller jusqu’au bout de cette logique et par un grand appel d’air pourquoi ne ferions nous pas venir chez nous les milliards de migrants potentiels au prétexte qu’ils ne sont pas bien chez eux. Ils fuient leur pays, ils n’envisagent ni de construire ni de développer leur pays et encore moins de se battre pour améliorer le sort des leurs et nous devrions en plus les accueillir par compassion !!!! Dites-moi que je rêve. D’ailleurs, ne trouvez-vous pas étrange que ces révolutions « porteuses d’espoir et de démocratie » provoquent de telles vagues de départ vers l’Europe. Y-aurait-t-il de l’islamisation dans l’air ? Mais cet humaniste a-t-il pensé aux Français ? Dans sa logique, puisqu’il se soucie tant de son prochain, pourquoi n’héberge-t-il pas les malheureux sur son passage ? Au moins il aurait ainsi le mérite d’être en accord avec lui-même. Cessons de croire en ces faux bienveillants.

L’élan de compassion, le pacifisme, l’horreur de la violence paralyse les Français dans une action à laquelle nous seront appelés tôt ou tard puisque, la machine en route, l’afflux de migrants est en augmentation incessante. En toute logique, cela ne peut que finir tragiquement. Le plus frappant, cependant, est de constater un certain fatalisme chez les Français. Une certitude que l’on ne peut pas faire grand chose. C’est une belle manière lâche de se déresponsabiliser. A l’évidence, les politiques et les médias ont réussi leur travail de sape en convainquant la plupart des Français qu’ils font face à une crise majeure qui les dédouanerait de leurs responsabilités. A quoi servent donc les dirigeants ? Une crise qui justifierait leur incompétence alors qu’ils disent qu’ils font ce qu’ils peuvent pour endiguer les phénomènes d’immigration et d’islamisation, de chômage, de pertes d’aisance économique mais, le font-ils vraiment ? J’ai des preuves innombrables qu’ils accélèrent ces phénomènes en leur âme et conscience ( pourra faire l’objet d’un prochain article ). Ne voyez-vous pas que la préoccupation principale des médias et des politiques est d’empêcher l’arrivée au pouvoir du Front National car celui-ci représente le seul contre-pouvoir. Il est temps d’inverser la tendance. La situation tragique de notre pays n’empêchera pas de nouvelles dégradations et une guerre civile reste une probabilité forte mais cette probabilité augmentera à mesure que nous tarderons à prendre nos responsabilités. Il reste encore une possibilité d’exercer notre vote en 2012, après il sera sans doute trop tard pour échapper à une situation de guerre même si celle-ci se concrétisera aux abords des années 2020. Il est étonnant de voir à quel point les Français fuient devant les réalités trop évidentes ou fuient devant la responsabilité qui leur reste. La culpabilisation des Français est l’arme qu’emploi les médias et les politiques pour nous affaiblir démocratiquement. Ils jouent sur notre corde sensible et nos élans de compassions et de bienveillance qui nous est propre. Bien des Français se culpabilisent encore à l’idée d’un vote d’extrême-droite mais « extrême droite » est une qualification associée injustement par la classe médiatique et politique à des dictatures virulentes. La seule arme qui reste aux dirigeants pour discréditer le seul parti qui est susceptible de renouveler intégralement la classe politique. Cette « élite » n’a de vue que sur ses avantages et privilèges dont elle abuse dès lors qu’elle ne couvre pas ses responsabilités devant le peuple Français. C’est à leurs risques et périls car en cas de révolution majeure, pour avoir entendu beaucoup de chose sur ce sujet, je sais que ces gens risquent au mieux la pendaison voire pire. Je préconiserais seulement qu’ils soient déchus pour nous  avoir trahis tous. En réalité, les extrêmes droites européennes sont discrédités de la sorte parce qu’elles sont porteuses de beaucoup de vérités accusant la classe politique. Elles sont populistes, même si le mot est ingrat, en cela qu’elles sont bien plus près du peuple. De tels partis ne peuvent être qualifiés ni de droite, ni de gauche mais surtout pas d’extrême droite. Ce sont les politiques actuelles qui sont extrêmes mais en avez-vous seulement conscience ?

Démocratiquement, nous sommes perdus car l’illusion démocratique est grande et les différents partis ayant pignons sur rue ne sont qu’une seule et même entité pro-mondialiste, pro-libre-échangiste sur le plan économique, pro-immigrationniste, ce qui va de pair avec le précédent, pro-islamistes et pro-européaniste dans une Europe imposture destructrice de ce que fut la vraie Europe où les mosquées remplacent nos vieilles églises. Le vote blanc et l’abstention, votes idiots, ne feront que renforcer les positions de ces partis mortifères qui nous ont révélé leur vrai visage depuis un moment. Comme vote contestataire, il ne nous reste que les « extrême-droites » devant lesquelles nous nous rendons compte que les idées qu’elles portent sont aux antipodes de celles de ces autres partis. Nous restons dubitatifs pensant que les idées sont seulement séduisantes. Attention, c’est ce que nous disent les médias qui sont à la solde des politiques en place. Les idées des partis d' »extrême-droite » ne sont pas séduisantes, elles parlent vrai tout simplement et c’est cela qui fait la force d’une Marine Le Pen et c’est pour cette raison très simple que ces interlocuteurs journalistiques ne tiennent pas devant son argumentaire. Bien sûr, je vous l’accorde, les partis d’extrêmes droites, s’ils ont le mérite de pointer du doigt les réalités et ce depuis bien avant que celles-ci apparaissent, ne nous garantissent pas notre sauvegarde par une application stricte de leurs idées mais le peuple a bien trop tendance à oublier que ces partis ne sauraient être pires que les traîtres épouvantables qui sont aux commandes de nos pays et nous précipitent vers le totalitarisme mondialisé ou l’islamisation forcée. Par exemple, il est de bon ton dans les médias de rendre compte des réalités ( Zemmour, Finkielkraut … ) mais toujours sans accorder le moindre crédit aux mouvements dits populistes ou qualifiés d' »extrême droite » comme si ce qu’ils dénoncent de la réalité ne faisait pas précisément l’objet des préoccupations de ces partis contestataires ou que ces derniers ne soient en mesure d’apporter aucune solution viable. Qu’en savent-ils ? Chose bien étrange !

Il serait donc urgent que les Français comprennent à quel point la seule issue démocratique subsiste dans le vote pour les partis d’extrême droite et que leur refus d’endosser cette responsabilité ne fera que reporter le problème et l’aggraver ce qui aura pour résultante la mise à feu et à sang de l’Europe toute entière. La guerre sera inévitable si l’ordre n’est pas rapidement rétabli. Après il ne nous restera que de prendre les armes.

Ceux qui auront cru faire le bien auront fait le mal et en porteront la responsabilité. Puissions-nous nous réincarner pour embrasser les conséquences de nos actes.

L’Eugéniste

Publicités
No comments yet

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :